Current track

Title

Artist

Background

La Soufrière « se recharge

Written by on 19 avril 2020

Le régime de la Soufrière est en train de changer. Elle accumule de l’énergie. En témoignent notamment les essaims de séismes qui la secouent régulièrement.  On l’oublierait presque, tant elle fait partie de notre vie, mais la Soufrière est un volcan actif, de type explosif. Elle fait partie du groupe de volcans les plus surveillés au monde. En charge de cette surveillance, les scientifiques de l’Observatoire volcanologique (OVSG) publient, chaque mois, les données compilées et l’analyse qu’ils en font. Ces bulletins mensuels sont disponibles sur le site de l’Observatoire, et chacun devrait prendre le temps de s’y intéresser. Parce que la Soufrière, depuis deux ans, évolue…
L’illustration la plus visible, pour nous, de cette évolution, ce sont les essaims de séismes qui secouent régulièrement la Vieille Dame. « On observe une progression de la sismicité depuis début 2018, indique l’Observatoire. Dans la première partie de l’année 2018, cette progression a culminé avec la crise très énergétique de fin avril 2018. En outre, depuis le 4 août 2018, l’OVSG enregistre une nouvelle augmentation marquée du nombre de séismes, distribués en essaims sismiques de très faible énergie qui se succèdent de manière rapprochée dans le temps. » Le dernier essaim en date (lire ci-dessous) a eu lieu voici trois semaines.
Surchauffe et surpressionDepuis le début 2018, un processus cyclique d’injection de gaz magmatiques profonds intervient à la base du système hydrothermal à une profondeur de 2 à 3 km sous le sommet. Cette injection « engendre un processus récurrent de surchauffe et de surpression du système hydrothermal. Compte tenu de l’infiltration marquée des gaz magmatiques dans le système hydrothermal, ainsi que des températures et pressions élevées à l’intérieur de ce dernier, nous estimons que le système volcanique est en train de se recharger et d’accumuler de l’énergie. »
L’activité sismique témoigne de cette accumulation. « La recrudescence de l’activité sismique volcanique marque un changement dans le comportement de la Soufrière pendant les derniers mois qui implique d’autres processus liés à la circulation des fluides. Une intensification de cette tendance pourrait avoir des implications sur les phénomènes au sommet de la Soufrière. On ne peut pas exclure la possibilité que se produisent, de manière soudaine et très localisée, des formations de geyser avec projection de boue brûlante et acide, des projections de cendres et de fragments sur quelques mètres, des vapeurs soudaines de liquide en surpression, ainsi que l’ouverture de nouvelles fumerolles ».
Ces phénomènes ne sont, pour l’instant, « pas clairement associés à une anomalie des autres paramètres de surveillance qui pourrait indiquer une éventuelle remontée de magma. Cette dernière se manifesterait typiquement, mais pas systématiquement, par de nombreux séismes profonds et ressentis, des déformations à grande échelle au-delà du dôme, et l’émission de gaz soufrés à haute température. »


Reader's opinions

Leave a Reply