Current track

Title

Artist

Background

Les gérants de discothèques inquiets pour l’avenir

Written by on 19 avril 2020

Les discothèques font partie des entreprises les plus touchées par le Covid-19. Pour l’heure, elles n’ont aucune visibilité quant à leur réouverture, aucune recette, un personnel en chômage partiel et beaucoup d’incertitudes face à l’avenir ! Après le carême, bon nombre d’établissements nocturnes se préparaient pour la réouverture des pistes de danse, mais c’était sans compter sur le coronavirus, venu jouer les trouble-fêtes. Aujourd’hui, difficile d’imaginer une réouverture dans le respect des règles sanitaires. La distanciation sociale sera impossible à appliquer sur une piste de danse, comme le souligne Marcel Dupé, gérant de l’Espace Loisirs (ex-Zipp’s Club) au François. « Dans l’hypothèse d’une réouverture, comment la clientèle pourrait-elle revenir ? Vous voyez des gens danser avec des masques ? C’est irréel !  Pour ma part, je ne prendrai pas le risque d’ouvrir aux mois de juillet et août. Dire que la discothèque risque de fermer définitivement, je n’irai pas jusque là, mais pour 2020, c’est mort ! Il va falloir que l’on trouve un vaccin pour arrêter cette pandémie et redonner confiance à la clientèle. »
Jean-Hugues Euranie, gérant du H’Club Discothèque à Ducos, avait profité de la trêve du carême pour effectuer quelques travaux de rénovation dans son établissement. « Le retour sur investissement attendu après cette période de fermeture n’est pas envisageable dans l’immédiat. L’offre de location de salles pour les événements est à également l’arrêt. Pour l’instant, il est trop tôt pour envisager le futur tant que l’on ne sait pas comment évolueront les choses. »Dans l’attente de jours meilleursMême son de cloche au Domaine de l’Oasis à Rivière-Salée. Selon le responsable, Daniel Mirza, difficile d’envisager une reprise avant janvier 2021. « Nous avons deux types d’exploitation au Domaine de l’Oasis. La location pour les privés, l’organisation de mariages, les comités d’entreprise, nous assure 20% de notre chiffre d’affaires. 80% de notre chiffre d’affaires provient de la réalisation des spectacles. Depuis le 15 mars dernier, le domaine est à l’arrêt, date à laquelle notre dernière soirée a dû être annulée. Les mois d’avril et mai, nous avions une belle programmation avec beaucoup d’artistes. Ce qui nous occasionne une perte de 70% depuis la fermeture. »
En attendant le retour de jours meilleurs, Daniel Mirza a choisi de reprendre son ancienne activité dans le BTP. « J’ai préféré revenir à mon ancien métier, en acceptant un poste de directeur d’exploitation pour faire face, en attendant que le domaine puisse redémarrer normalement. Pour l’heure, la réouverture n’est pas envisageable. Si on constate un foyer naissant d’une épidémie quelconque lors d’une manifestation, il en va de votre responsabilité. Je ne prendrai pas de risque. Je pense que l’événementiel ne redémarrera pas avant janvier 2021». 

Selon Jean-Hugues Euranie, gérant du H’Club Discothèque à Ducos, « il est encore trop tôt pour envisager le futur ». –


Reader's opinions

Leave a Reply