Current track

Title

Artist


Jasmine, un parcours d’exception tourné vers l’Europe

Written by on 18 mai 2019

A 24 ans, Jasmine Godier comprend, parle et écrit couramment quatre langues étrangères. Mais ce n’est pas là sa seule compétence. Son véritable domaine, ce sont les sciences politiques. Titulaire d’un nombre impressionnant de diplômes dans sa sphère de prédilection, elle a aujourd’hui l’ambition, les connaissances et le talent nécessaires pour conquérir le monde, en commençant par l’Europe. Jasmine Godier semble encore obéir à la lettre à l’injonction que lui faisait sa mère quand elle était enfant : « Considère que le monde t’appartient, qu’il est pour toi, qu’il t’est possible de le conquérir et qu’il ne faut pas rester dans l’insularité qui nous enferme parfois, mais profiter de cette insularité pour aller vers le monde ».
Ainsi, Jasmine en a fait du chemin depuis ses petites classes à l’école Bellevue de Trinité. Elle a été au lycée de Bellevue ; a fait une Prépa IEP Annuelle Intensive à l’Institut Catholique de Paris ; est revenue en Martinique pour passer sa Licence de Droit, économie, gestion et sciences politiques mention Sciences Politiques à l’Université des Antilles ; est partie en Jamaïque pour décrocher son Master of Science Politics and International Cooperation à The University of the West Indies de Kingston ; a passé le Diplôme de Sciences Po Bordeaux – Master Carrières européennes ; et vient de terminer son MA in European Interdisciplinary Studies au Collège d’Europe de Varsovie en Pologne ! « Mon plus beau souvenir reste mon année à la Jamaïque. C’est une île sur laquelle on fantasme beaucoup. On a beaucoup d’a priori, beaucoup de clichés et pourtant ce n’est pas si loin de la Martinique. Pour moi, ça a été une année de découvertes et d’enrichissement » raconte Jasmine.

Cette Martiniquaise comprend, parle et écrit couramment quatre langues étrangères : l’anglais, le portugais, l’allemand et l’espagnol. « J’ai souhaité apprendre l’anglais dès mon plus jeune âge. Cette envie est née en écoutant beaucoup de musiques, beaucoup de chansons en anglais. J’ai commencé à apprendre comme ça et je me suis rendu compte à quel point cela devenait nécessaire. Nous sommes dans la Caraïbe, entre la Dominique et Sainte-Lucie. Il faut absolument maîtriser l’anglais », assure la polyglotte.

Européenne dès son premier stageÀ 19 ans, Jasmine Godier a suivi un stage au Conseil régional de la Martinique, au sein du service Europe de la Délégation aux affaires étrangères. C’est là qu’est née sa vocation et sa passion pour l’Europe et la politique. « Je sais que ce n’est pas facile d’être femme dans cet univers, mais je pense que les mentalités changent et j’espère que ma génération va encore changer ces visions archaïques qui nous bloquent », indique la jeune femme, avant de préciser que « pour réussir il ne faut pas s’auto-limiter. Il ne faut pas se poser soi-même des barrières. Il ne faut pas se dire : je ne pourrai pas, ça m’a l’air trop difficile, il n’y a pas assez de femmes dans ces postes… Il faut oser ! Qui ne tente rien n’a rien. Et même lorsque l’on échoue –ça arrive, ça m’est arrivé- on a toujours la possibilité de réessayer et de réussir ».
Déterminée et motivée, la jeune femme multiplie les stages : du Parlement Européen, où elle a été assistante parlementaire au Consulat Général de France à Bruxelles, où elle s’est notamment occupé de la communication, en passant par le Cluster GAT Caraïbes à Fort-de-France ou encore l’Assemblée Nationale à Paris… à chaque fois, Jasmine impressionne ses collaborateurs qui saluent son sérieux, son intelligence et sa générosité.

Pédagogue, elle s’est aussi fait tutrice de français auprès des étudiants de niveau licence du campus de Kingston, durant ses études en Jamaïque.

Nomade, la jeune martiniquaise a parcouru l’Europe, faisant notamment escale au Royaume-Unis, en Tunisie, en Norvège, en Espagne, en Allemagne, en Pologne, en Ukraine. Et de préciser en souriant : « je suis curieuse, en gastronomie aussi. Je goûte à tout. En Pologne, j’ai découvert la cuisine d’Europe de l’est, de Russie, d’Ukraine, et j’apprécie beaucoup ces spécialités culinaires ».

Très impliquée dans la vie associative estudiantine, Jasmine a dirigé un groupe de simulation des Nations Unies au Lycée de Bellevue (BELMUN). Elle est aussi membre du Pôle Idées d’Europe de l’association Eurofeel de Sciences Po Bordeaux et a participé à l’organisation des Journées Eurotémis 2015 consacrées à « l’Espace Schengen : problème ou solution aux flux migratoires et à la sécurité en Europe ? »

Ambitieuse et résolument fière d’être martiniquaise, Jasmine se projette dans un avenir plus ou moins long. « Mes projets à court terme : partir à Bruxelles travailler dans les institutions européennes. Je vise en particulier le Parlement Européen. A plus long terme : revenir ici et travailler dans une organisation régionale, dans la Caraïbe comme OECO (Organisation des États de la Caraïbe orientale) ou la Caricom ».

Avant de mettre ses projets à exécution, Jasmine a profité de quelques jours de vacances bien mérités auprès des siens, fin juin. « Je n’ai qu’une semaine de vacances en Martinique : j’en profite pour aller me baigner aux Anses d’Arlet, ma plage préférée, pour retrouver ma famille que je n’avais pas vue depuis un an, pour voir mes amis de passage et aussi pour me reposer ! Quand je rentre en Martinique, je me rends compte que notre pays est petit, mais petit n’est pas ici synonyme d’infériorité. C’est une petite île, mais on n’y manque de rien ».

Durant son séjour, le 20 juin dernier, la jeune Martiniquaise a été plébiscitée par ses pairs, d’autres femmes qui comme elles aspirent au leadership et œuvrent pour l’émancipation et la reconnaissance des femmes. Elle a ainsi reçu la bourse des Clubs Soroptimist pour son parcours d’exception. « Je suis résolument féministe. Je suis fière d’avoir été repérée par les Soroptimist et j’espère me montrer digne de leur confiance ».

Et à son tour, elle a souhaité laisser un message aux fillettes d’aujourd’hui, les femmes de demain : « N’ayez peur de rien. Vous pouvez tout faire quand vous vous en donnez les moyens. Si vous êtes sérieuses, si vous êtes assidues, je sais que vous pourrez atteindre vos objectifs. Ne vous limitez pas. Croyez en vous et écoutez les conseils de vos parents ».


Reader's opinions

Leave a Reply